Haren
Le village de Bruxelles

Réunions - Compte-rendu

 

Réunion OTAN du 12 février 200

 

L'armée nous a reçus dans sa magnifique salle de Briefing du quartier militaire Reine Elisabeth.
Etaient présentes une cinquantaine de personnes et une équipe de télévision de Brussel TV.
La réunion a commencée à 20h00 par une très brève introduction de l'Echevin de l'Urbanisme, Christian Ceux.

Christian Lamotte, responsable du projet a ensuite présenté, dans les grandes lignes, un bref historique du projet.
Cet historique, vous le trouverez en détail sur le site de la défense. (www.mil.be)
-2002 : Choix du terrain de la nouvelle implantation
-2004 : Prise en charge par la défense du projet de construction des bâtiments
-Avril 2007 è avril 2008 : Chantier de démolition
-2008 è 2013 : Construction

Il y aura enquête publique et concertation en avril.

1. Le projet en grandes lignes

Il s'agit du déménagement du site actuel de l'OTAN de l'autre côté du bd Léopold III sur le site militaire "Quartier Roi Albert 1er", qui s'étend du bd Léopold III à la ch de Haecht entre les entreprises SABCA, Belgocontrol, Eurocontrol et Da Vinci.
Pour ce faire, la totalité du site sera démoli et de nouveaux bâtiments seront construits.
Deux entrées seront ouvertes. La principale sur le bd Léopold III et une entrée technique sur le coin de la rue Maes et de la ch de Haecht (pour les livraisons et les camions).

Il y aura 3 bâtiments :
1. Bâtiment principal :
Très design et assez beau à regarder (avis personnel de votre humble serviteur). Il comprend un immense atrium avec des ailes de bureaux, une salle de conférence et des communs (resto,…). Le permis de bâtir prévoit déjà des extensions futures.
2. Bâtiment pour le personnel :
Ce bâtiment hébergera un centre sportif, un centre de vacances,…
3. Bâtiment technique :
Ce bâtiment (le plus laid) servira pour toutes les installations techniques : poubelles, machinerie, générateur,…
Il ne va pas sans dire que ce bâtiment se trouve le plus près de l'entrée technique.

Le bureau ARIES a fait les études d'incidences (cette étude n'est pas disponible au public mais pourra être consultée lors de l'enquête publique).

2. Trafic

Ils prévoient une augmentation du personnel de 8%.
Actuellement aux heures de pointes, il y a un trafic de 1.200 véhicules/heure dédiés à l'OTAN. Ce trafic entre principalement sur le site par 2 entrées : une par l'entrée principale, Léopold III, et l'autre par derrière, av Bordet. Dans l'avenir, la seule entrée principale, bd Léopold III devra résorber 1.300 véhicules. Le carrefour sur ce boulevard ne peut pas absorber une telle quantité de voitures.
C'est pour cela que ce boulevard sera réaménagé.
o En surface : 2 ronds-points entourant une plate-forme multi nodale avec tram et bus.
o En sous-sol : un tunnel pour le trafic des navetteurs.
Si les places de parking restaient identiques, il y aurait un déficit de 500 places.

3. Nuisances

Pour les chantiers, il est prévu dans certaines phases de 1.500 à 2.000 ouvriers et des mouvements de camions de 50 à 100, pour la ch de Haecht, et de 100 à 300, pour le bd Léopold III.
Les mouvements de camions sont limités à cette quantité car la majorité des matériaux et remblais lors de la démolition seront recyclés sur place et réemployés pour la construction.

Le bureau ARIES signale que le site sera entouré pour des raisons de sécurité de clôtures de 3 mètres de haut.

3.1. Les bruits d'exploitation seront principalement :
· Le bâtiment technique :
Pour limiter le bruit, tout sera enfermé : poubelles, container,…
· Les tours de froids :
Ces tours, génératrices de nuisances ne peuvent pas être enfermées dans des locaux techniques mais seront en partie enterrées et entourées d'une enceinte acoustique.
· Les aires de livraisons.

3.2. Le chantier de démolition
Il s'étendra sur une année.
Il sera caractérisé par son recyclage et son tri sélectif.
Les éléments contenant de l'amiante seront inventoriés et seront éliminés en conformité avec l'IBGE.
Pour éviter les files d'attente de camions sur la voie publique, des zones d'attente seront organisées sur le site et les camions seront nettoyés avant leur sortie du chantier.
Le chantier se déroulera en 4 phases.
Les bâtiments A17 et A18 (anciens aérogares de l'aéroport de Haren) seront isolés pour étude historique jusqu'à leur destruction au deuxième semestre 2007.

Phases :
1. Préparation du chantier
2. Assainissement du site (amiante,…)
3. Démolition des bâtiments
4. Démolition des infrastructures (routes, égouts,…)

Les matériaux recyclés seront stockés sur le site en 20 cônes et représentent 125.000 m³.
Les heures d'ouverture de ce chantier seront de 6h à 20h pour la zone nord et de 5h à 20h pour la zone sud.
Pour éviter la poussière, le chantier sera humidifié et pour limiter le bruit, le centre de concassage sera installé au centre du site.

Je dois encore signaler que pour limiter les allées et venues des ouvriers (qui peuvent venir de très loin) vers et à partir du chantier, la défense prévoit la construction d'un village ouvrier temporaire de 50 logements aux abords du site, près de la rue Maes.

4. Questions réponses

  • Le projet fera-t-il appel à des financements autres que ceux prévu par l'OTAN ?
    o Le financement est entièrement pris en charge par l'OTAN.
  • Quel impact aurait le village ouvrier sur la circulation ?
    o Le village ouvrier serait créé justement pour éviter un impact sur la circulation locale. Mais il est vrai que ce ne sont pas des prisonniers et qu'ils pourront entrer et sortir. Cela restera limité.
  • L'augmentation de personnel de 8% est prévue en 2013, mais il est également prévu un agrandissement du bâtiment. Qu'est-il prévu pour absorber cette augmentation ? Peut-on garantir que la sortie nord ne sera pas utilisée par les employés qui surchargeraient la ch de Haecht et le centre du village ?
    o La phase 1 prévoit une augmentation de 8% pour l'inauguration en 2013. Les études ont été faites pour cette phase. La phase 2, qui pourrait avoir lieu après 2015, prévoirait une augmentation de 930 personnes. A ce stade, ils ne savent pas encore comment sera l'infrastructure des transports en communs, les habitudes de transport des gens.
    Il n'y a encore rien de garanti à ce sujet.
    Pour ce qui est de l'utilisation de la sortie nord, elle n'est pas prévue pour les employés. De plus selon les études, elle n'apporterait aucun avantage aux employés car moins bien desservie que le bd Léopold III.
    Mais rien ne garanti que cet accès ne soit pas utilisé par le personnel.
  • Pourquoi ne construit-on pas des parkings souterrains ?
    o 2 raisons.
    - La sécurité
    - Les coûts
    Mais tout sera fait pour en limiter l'impact visuel.
  • Haren a deux accès vers l'extérieur et deux gros chantiers en prévision (OTAN et STIB), ne prévoyez-vous pas un isolement de Haren ?
    o L'étude des impacts n'a été faite que sur le chantier de l'OTAN. Mais des grands chantiers engendrent irrémédiablement des nuisances.

    o Christian Ceux prend enfin la parole pour dire que les nuisances seraient minimes et que le chantier de la STIB serait avant le chantier de l'OTAN.
  • Le PRD prévoit une diminution de 20% de la circulation automobile. Qu'est-il prévu pour dissuader les gens d'utiliser la voiture lors de l'aménagement du bd Léopold III ?
    o L'aménagement du boulevard est du ressort de la région et non de l'OTAN.
  • Quelles sont les charges urbanistiques ?
    o C'est à voir avec la région.
  • Est-ce que les infrastructures sportives, tel que le bassin de natation, seront accessibles aux habitants de Haren ?
    o Ce n'est pas prévu car réservé au personnel mais la question sera posée.
  • Pour limiter l'impact sur l'environnement qu'en est-il de l'air conditionné ?
    o L'air conditionné sera limité aux zones où il est indispensable telles que salles et communs. Sinon les bureaux auront des fenêtres ouvrantes et un refroidissement par écoulement d'eau dans les dalles de plafond est prévu.
  • Les baraquements « ouvrier » n'engendreront-ils pas des problèmes de sécurité pour les riverains ?
    o Leur construction ne serait prévue qu'en 2008. Aucune étude n'est encore faite car il ne s'agit que d'une idée pour limiter les nuisances et non en créer. C'est à étudier.
  • Evolution des transports en commun suite à ce remaniement urbanistique.
    o Prolongation de la ligne du 55 jusqu'à l'entrée du site.
    o Remaniement de ligne de bus mais rien d'encore précis. Voir le site de la STIB.
    o Intégration des gares, piste cyclables et autres.
  • Pourquoi ne pas construire des logements définitifs pour les ouvriers qui deviendraient par la suite des logements sociaux?
    o Le terrain (des champs) sera loué et devra être remis en l'état aux propriétaires.
  • Qu'en est-il de l'aspect architectural du bâtiment technique ?
    o Lors de l'étude ce bâtiment n'était pas encore abouti, mais les concepteurs ont bien conscience qu'ils devront faire un travail sur les façades et un aménagement paysager pour en diminuer l'impact.
  • Les bâtiments A17 et A18 (ancien aérogare) auront un traitement spécial, pouvez-vous expliquer ?
    o Ils feront l'objet d'une étude car ils ont un intérêt historique certain.
    - Il y aura un livre historique à leur sujet ainsi que de l'histoire de l'aéroport.
    - Un relevé scientifique sera fait pour un usage ultérieur (reconstitution, maquette,…)
    - Une étude patrimoniale.
    La possibilité de visites est à étudier.
  • Que deviendra le site actuel après le déménagement ? Y a-t-il une étude d'incidence si des entreprises nouvelles s'y installeront ?
    o Le terrain reviendra à son propriétaire qui est la Défense. Selon ses besoins, elle pourra l'utiliser ou, vu la valeur immobilière, le revendre. Aucune étude n'a été faite quant à cette augmentation de personnes dans les environs.
  • Avez-vous fait des études de sol pour évaluer :
    - son état de pollution (hydrocarbure) ;
    - le risque d'explosifs enterrés ou
    - de galeries secrètes construites pendant la guerre ?
    o Les études de sol ne montrent pas de pollution anormale aux hydrocarbures. Pour ce qui est des bombes, le risque est minime car le terrain a été urbanisé, mais il n'est pas nul. Selon la documentation il n'y aurait pas de galeries secrètes.
  • Comment sera utilisé la gare de Haren ?
    o Une navette sera certainement mise en place entre l'OTAN et la gare. Eurocontrol et Belgocontrol seraient intéressés à partager cette navette.
  • Eurocontrol possède une sortie au nord (également rue Maes) qui n'est utilisée qu'en cas de nécessité. Ne seraient-ils pas tenté de l'utiliser si il y a surcharge dûe à l'OTAN ?
    o Rien n'est garanti.
  • Un plan d'évacuation efficace et qui ne bloquerait pas tout Haren est-il prévu ?
    o Le plan est bien intégré.
  • Un rappel est fait en signalant que l'OTAN est et déménagera à Haren donc Bruxelles et non Evere.
  • Y aura-t-il une modification dans les lignes aériennes suite au déménagement ?
    o Il n'y a pas d'information à ce sujet

Christian Ceux est resté muet presque la totalité des questions-réponses. Il répondra aux questions lors de l'enquête publique et de la réunion de concertation.

Fin de la réunion vers 23h00.


Back

 

Contact webmaster
ns" src="Boutons-FR/Liens-FR/B-N-Liens-FR-up.png" border="0" alt="" onload="">
Contact webmaster