Haren
Le village de Bruxelles

Histoire - Aviation

 

Haren, l'aéroport historique de Bruxelles


La commune de Haren a abrité pendant plus de 30 ans l'aéroport de Bruxelles et a vu les tout début de l'aviation belge et de la SABENA.

Cartes de Daniel Brackx

On l'appelait l'aéroport d'Evere certainement car c'était le dernier village que l'on traversait pour y arriver en venant de Bruxelles

De nombreuses rue en évoquent encore le souvenir : la rue du Biplan, de l'Aérodrome, de la Fusée, de l'Aéronef.

C'est en automne 1914 que les Allemands choisissent le site de Haren pour héberger leurs dirigeables afin de bombarder Paris. En 1915, ils y construisent un immense hangar. Le 7 juin les Britanniques le bombardent et y détruisent le zeppelin LZ-38. Les Allemands retirent leurs dirigeables pour les déployer sur le front de l'est.

Après la guerre, il ne restera qu'un hangar réparé débordant d'avions confisqués aux Allemands.
Ce matériel contribuera largement au démarage de l'aviation civile et militaire belge.


Photo de la collection de Daniel Brackx

En 1919 la SNETA (Syndicat National pour l'Etude du Transport Aérien) organise son premier vol d'essas avec 2 passagers en bombardier allemand reconverti sur le trajet Londres - Paris - Bruxelles en 7 heures et demi.
Le prix du billet Paris - Bruxelles coûtait 250 fr de l'époque alors qu'un bon restaurant coûtait 5 fr.

En 1920, création par G. Nelis (créateur des aviations belge militaire, marchande et coloniale) de la SABCA (Société Nationale Belge de Construction Aéronautique). Des hangars à avions sont encore visibles au 1470 de la ch de Haecht. Des hangars à avions plus anciens sont à l'arrière mais non visibles du public.

En 1923, la SABENA reprend le travail de SNETA mais uniquement pour l'aviation civile. Le hangar de la SABENA était en bois. Pour rejoindre l'aéroport, les passagers doivent faire le kilomètre qui le sépare du terminus du tram à pied ou à vélo.
On y annonçait les embarquements avec une cloche et le dépôt de fret avait une superficie de 5m².

En 1924, on y construit un deuxième bâtiment et en 1928 un troisième qui est appelé l'Avia Palace.


Photo de Jean-Pierre Lauwers

Inauguration de l'aérogare le 29-09-1929

En 1930 l'aéroport est toujours une immense pleine herbeuse avec, au centre un cercle tracé à la chaux, en son milieu un dispositif émettant de la fumée pour indiquer aux pilotes la direction du vent. Pour faciliter les vols de nuit, des balises lumineuses sont allumées tous les 30 à 40 km. Il y en avait ainsi entre Paris, Bruxelles, Cologne et Londres.

Après la guerre, la piste de Haren devient trop courte pour les avions modernes.
Le ministère de la défense autorise le décollage des DC-4 de l'aéroport de Melsbroek. Après avoir embarqué leurs passagers au terminal de Haren, les avions empruntent la voie publique pour rejoindre l'aéroport de Melsbroek. On voit alors dans les rues, un spectacle peu commun. Les avions avaient priorité sur les autres véhicules. Le code de la route adopte même des nouveaux panneaux "DANGER AVIONS - GEVAAR VLIEGTUIGEN". Des signaleurs et des militaires se chargent de libérer la route devant eux.

Les activités civiles se déplacent progressivement vers Melsbroek. En 1949, les dernières compagnies quittent Haren.

Actuellement, il reste encore les bâtiments de l'aérogare avec le hall et les guichets. Ils ne sont pas visibles du public.

La Belgique est un des seuls pays qui peut se vanter de posséder encore les aérogares qui ont vu la naissance de son aviation civile. Certains ont voulu en faire un musée de l'aviation civile. Mais que du contraire. Les autorités ont cédé les terrains à l'OTAN pour y construire son nouveau siège. Ces bâtiments seront donc détruits. On aurait pu accepter ainsi le Concorde que le musée de l'air a refusé par manque de place.

Back

Références :

Les photos proviennent du site de la Belgian Aviation History Association
Bibliographie :
- Le Soir ; La collection des villages de Bruxelles
- SABENA Air Nostalgie des éditions Labor

 

Contact webmaster
rech.com">Contact webmaster